Featuring : les rappeurs inspirent l’alignement des dirigeants

Hey qu’est-ce que vous faites à balan­cer un fea­tu­ring au milieu de la pré­sen­ta­tion ? C’était pas pré­vu …”

Si je l’avais mieux connu, si le cadre avait été plus décon­trac­té, si j’avais été plus prompt j’aurais sans doute pu inter­pel­ler ain­si le patron lors de ce sémi­naire.

Mais qu’aurait-il répon­du ?

Sou­vent abré­gé en featfeat.ft ou encore f., est uti­li­sé dans l’industrie musi­cale pour indi­quer la par­ti­ci­pa­tion d’un artiste sur un titre de quelqu’un d’autre, que cette par­ti­ci­pa­tion soit impor­tante ou dis­crète.

Lorsqu’au beau milieu de sa pré­sen­ta­tion pré­vue pour durer 30’ d’affilée, le diri­geant se mit à apos­tro­pher la salle « tiens qu’est-ce que vous en pen­sez de cette phrase, cela m’intéresse ? » j’ai sur­sau­té. Réveillé en sur­saut de ma douce som­no­lence je dus écour­ter mon rat­tra­page de som­meil (ils com­mencent tôt ces sémi­naires) pour réagir. Vite. Un quart de seconde pour déci­der « est-ce que je l’arrête ? ».  Nous avions pré­vu des séquences d’interactivité très cadrées pour plein de bonnes rai­sons. D’abord ce n’est pas facile de tenir une conver­sa­tion à 50. Ensuite ils n’ont pas le débat facile, sinon ils n’auraient pas besoin d’un ani­ma­teur. Enfin ce sont tous des patrons, très occu­pés, à la concen­tra­tion limi­tée. Bref nous anti­ci­pions que ce groupe de 50 aurait l’air­time fra­gile… à la moindre occa­sion le brou­ha­ha mon­te­ra et ce sera dur, voire impos­sible, à rat­tra­per. Donc je devais faire mon bou­lot, gar­der le cadre du débat, pré­ser­ver ces moda­li­tés cise­lées qui visaient à flui­di­fier leurs conver­sa­tions dif­fi­ciles. J’entendais cette petite voix « Emma­nuel tu dois tenir ton cadre ». Qu’est-ce qu’il avait ce patron à invi­ter la salle dans sa pré­sen­ta­tion ? Que devais-je faire pour bien faire mon bou­lot ? Nous étions en direct je dus choi­sir vite. Contre toute logique, contre la petite voix, j’organisais la dis­cus­sion. Comme ça, sans trop savoir pour­quoi. Je pas­sais les micros, à 50, pour dis­cu­ter il faut des micros. Et ça mar­cha. Très bien même. Seules deux per­sonnes par­laient, c’était en fait un fea­tu­ring. Ils chan­gèrent la phrase en ques­tion qui en avait bien besoin, puis le fil du sémi­naire reprit. Lors de la séquence d’interactivités sui­vante, le patron recom­men­ça à apos­tro­pher la salle. Cette fois-ci je l’arrêtai. Nous avions besoin d’élargir la conver­sa­tion à l’ensemble du groupe. La séquence pré­vue se dérou­la à mer­veille.

 
L’heuristique consiste à invi­ter d’autres per­sonnes dans sa pré­sen­ta­tion, dans sa réflexion, que ce soit en direct ou pré­pa­ré pour enri­chir le pro­pos d’un autre point de vue, ren­dant ain­si la pré­sen­ta­tion plus col­lec­tive, plus pré­cise, plus juste.
 
Racon­ter ain­si, tout semble par­fai­te­ment maî­tri­sé, mais je fis une grande décou­verte ce jour-là : le fea­tu­ring. Qu’est-ce au juste que le fea­tu­ring ? C’est une pra­tique de l’industrie musi­cale où un artiste en invite d’autres pour élar­gir son audience des fans de ses invi­tés qui pro­fitent éga­le­ment du même méca­nisme. Cette pra­tique se répand car elle per­met de se faire connaître plus faci­le­ment lorsque les fans écoutent la musique en strea­ming et non plus en radio.
 
Au-delà de son effi­ca­ci­té, le fea­tu­ring change l’image de l’artiste et la por­tée de son mes­sage. Pre­nons l’exemple vidéo ci-des­sous où Maître Gims invite Vian­ney chez Sky­rock, une pre­mière. His­to­ri­que­ment ce fut Vian­ney qui invi­ta Maître Gims à col­la­bo­rer.  Ce fai­sant ils élar­gissent bien leur audience des fans de l’autre, mais cela va plus loin, regar­dez.

Le mes­sage de cette chan­son se résume au constat que nous jugeons trop vite les autres  « On prend des boîtes, on y range les gens qu’au fond jamais, jamais l’on ne com­prend » . Or ce mes­sage dit par Maître Gims seul pour­rait être inter­pré­té comme la reven­di­ca­tion du rebelle de ban­lieue qui refuse d’être jugé. Chan­té par Vian­ney seul il pour­rait être inter­pré­té comme le nième mes­sage de bonne conscience du fils à papa, enfant gâté. Lorsqu’ils le chantent tous les deux cela change la por­tée du mes­sage, leur col­la­bo­ra­tion rend leur mes­sage plus uni­ver­sel. C’est exac­te­ment ce qui s’est pas­sé avec mon grand patron : non seule­ment il avait bien sen­ti que cer­tains n’étaient pas d’accord avec la for­mu­la­tion, mais en les fai­sant inter­ve­nir il a amé­lio­ré la por­tée de son mes­sage, il l’a ren­du plus col­lec­tif, plus juste et plus per­cu­tant. Pour d’évidentes rai­sons de confi­den­tia­li­té je ne peux repro­duire ici les évo­lu­tions de la phrase en ques­tion, mais elles furent exac­te­ment de la même nature que la col­la­bo­ra­tion Vianney/Maître Gims, moins mar­qué par le style d’un seul homme.

Le fea­tu­ring enri­chi donc à la fois l’audience et la por­tée du mes­sage. Sans fea­tu­ring nous aurions per­du la salle et le mes­sage aurait été moins bon ! Amé­lio­rer un mes­sage par la cri­tique, c’est par défi­ni­tion anti­fra­gile ! Mer­ci pour la décou­verte.

Alors si je l’avais inter­rom­pu : “Hey qu’est-ce que vous faîtes à balan­cer un fea­tu­ring au milieu de la pré­sen­ta­tion ? Ce n’était pas pré­vu …” il m’aurait répon­du, comme Vian­ney et Maître Gims : “Aye, aye, aye, si je vous gêne, bah c’est la même.” Et il aurait eu bien rai­son.

De toute manière il fait bien ce qu’il veut de son sémi­naire !

  • Défi­ni­tion du fea­tu­ring sur wiki­pé­dia ici.
  • L’histoire du mor­ceaux de Vian­ney et Maître Gims en musique ici
  • Les paroles com­plètes de “la même” sont ici.

 

Cet article maté­ria­lise la réflexion que je mène sur mon métier d’alignement des col­lec­tifs de direc­tion.

  • Plus d’information sur mon métier auprès des diri­geants ici.
  • Mes outils sur le site web dédié latransfodanslapeau.com.
  • Pro­chain ate­lier pour trans­mettre cette pra­tique aux consul­tants pen­dant 2 jours ici.