Mon métier

Mon métier

Faciliter l’alignement des collectifs de direction

• Quel est votre métier ?

quoteJe faci­lite l’alignement des col­lec­tifs de direc­tion.

• Vous faîtes du coaching d’équipe de direction comme beaucoup de coachs. Quelle est votre spécificité ?

quoteEn fait pas tout à faire. D’une part ce n’est pas vrai­ment du coa­ching au sens où je me borne à faci­li­ter leurs conver­sa­tions, sans ambi­tion de chan­ge­ment. D’autre part j’accompagne des col­lec­tifs de direc­tions, bien au-delà d’une équipe, CODIR ou COMEX. Dans une grande orga­ni­sa­tion ils sont rapi­de­ment plus d’une cen­taine.

• Ok mais alors comment vous faîtes avec 100 dirigeants? Vous ne les accompagnez pas tous un par un ?

quoteEffec­ti­ve­ment nous uti­li­sons des temps col­lec­tifs régu­liers, pas trop longde ½ jour­née à 1 jour­née. Une petite par­tie des diri­geants, disons le COMEX, pré­pare ces sémi­naires. Le jour dit, nous avons éla­bo­ré ensemble des moda­li­tés de tra­vail qui mobi­lisent tous les par­ti­ci­pants.

• Intéressants. Et pour quels résultats concrets ?

quoteUn double effet : en pré­pa­rant les diri­geants s’accordent entre eux sans renier leur posi­tion de départ (effet fédé­ra­teur sur la forme) et ils y voient clair pour navi­guer dans la com­plexi­té de la trans­for­ma­tion (effet cla­ri­fi­ca­teur sur le fond). Leur pro­jet de trans­for­ma­tions res­sort ren­for­cé du pro­ces­sus sur le fond et la forme.

• Le fond et la forme, intéressant mais vous concrètement vous faîtes quoi ?

quoteJ’aide la petite équipe en charge de l’organisation à éla­bo­rer les moda­li­tés adap­tées et le jour dit je faci­lite les dis­cus­sions. Ni coach (pas de remise en ques­tion) ni consul­tant (pas de conte­nu) mais plei­ne­ment faci­li­ta­teur afin que les conver­sa­tions intègrent au maxi­mum les bonnes rai­sons de cha­cun.

Flou et dispersion
comme si vous étiez.…

Jean est exté­nué. Diri­geant d’une impor­tante orga­ni­sa­tion il réus­sit bien. Les grosses tur­bu­lences sont der­rière lui. Pour­tant la période actuelle, plus molle que la crise, ne s’avère pas plus repo­sante.

Encore une inter­mi­nable réunion sur la trans­for­ma­tion ! Déci­dé­ment il a l’impression que per­sonne ne le com­prend au sein de l’ExCom.

Pour­tant il voit tel­le­ment la néces­si­té de se trans­for­mer. Enfin voit. Disons qu’il la sent. Et à part un ou deux (sur 17 !) il a l’impression d’être bien seul à sen­tir où aller.

Il faut dire que cette direc­tion deman­de­ra de grosses évo­lu­tions de com­por­te­ment. De com­por­te­ment des 17 diri­geants. Sans doute pour cela qu’il se sent seul. Et en même temps ils sont bons ses 17 diri­geants.

Il ne va pas tous les chan­ger. Sur­tout après ce qu’ils ont tra­ver­sé ensemble. Enfin peut-être un ou deux, mais cela ne résou­dra pas le pro­blème. L’idéal serait qu’ils com­prennent. Tout serait tel­le­ment plus simple.

Cinq étapes pour articuler le fond et la forme.…

Détaillons les 5 étapes habi­tuelles pour expli­quer com­ment ali­gner le col­lec­tif de direc­tion sur le fond grâce à la forme.

1

Discerner l’ambition de transformation (avec le dirigeant)

Pour com­men­cer il faut cher­cher avec le diri­geant à dis­cer­ner l’ambition réa­liste, ce sur quoi ali­gner le col­lec­tif de direc­tion. Sou­vent cha­cun met un peu de ses rêves dans l’objectif. Nous veille­rons donc à défi­nir ensemble un objec­tif réa­liste.

3

Préparer les participants à réussir (avec des sous-groupes)

Cette phase vise à la fois à recueillir de l’information per­ti­nente pour l’analyse (fond) et à pré­pa­rer les par­ti­ci­pants (à s’aligner en petit groupe ou à mon­ter en com­pé­tence sur le sujet).

L’instruction de fond demande de réunir suf­fi­sam­ment de per­sonnes sachantes autour de la table. Cela requiert d’aller cher­cher par­fois assez loin dans l’organisation des per­sonnes au contact du ter­rain, des clients… La forme elle requiert de res­pec­ter l’architecture du pou­voir de l’organisation, donc d’intégrer toutes les strates de direc­tion per­ti­nentes.

metier emmanuel mas
2

Designer l’articulation des temps de travail (avec le noyau)

Une fois l’objectif défi­ni, nous consti­tue­rons autour du diri­geant un noyau de pilo­tage fait de 3 à 4 per­sonnes de confiance, connais­sant bien l’organisation. Dans les grandes orga­ni­sa­tions l’expérience montre que les ins­tances offi­cielles sont sou­vent trop nom­breuses ou trop prises dans des enjeux poli­tiques pour pou­voir y réflé­chir serei­ne­ment.

Ce noyau défi­ni­ra le dis­po­si­tif c’est-à-dire à la fois les per­sonnes à ali­gner (fond) et l’organisation de cette consul­ta­tion pour res­pec­ter l’architecture du pou­voir (forme) ain­si que les moda­li­tés de tra­vail lors du sémi­naire. Géné­ra­le­ment le noyau défi­nit les objec­tifs, je pro­pose des moda­li­tés que le noyau valide ou pas. Il pilote ain­si l’ensemble de la démarche.

4

S’aligner collectivement (tous ensemble)

Il s’agit de réunir l’ensemble du col­lec­tif de direc­tion, géné­ra­le­ment sous forme d’un sémi­naire d’une jour­née.

Cette réunion vise dans un pre­mier temps à homo­gé­néi­ser le degré de com­pré­hen­sion de la situa­tion au sein de la popu­la­tion. Si le col­lec­tif est nom­breux l’analyse aura lieu à plu­sieurs niveaux : par sous-groupe d’analyse, par sous-groupe mixte, en grand groupe.

Lorsque le sujet est réel­le­ment clef pour l’organisation il est sur­pre­nant de voir que des col­lec­tifs nom­breux pré­fèrent dia­lo­guer en grand groupe mal­gré tout l’inconfort que cela impose. Ils disent ain­si la néces­si­té de par­ta­ger ensemble une même ana­lyse de la situa­tion, d’intégrer tous les points de vue.

5

Tirer les enseignements (avec le noyau)

J’aime bien faire appa­raître cette phase en tant que telle car une fois le sémi­naire pas­sé, les diri­geants ont ten­dance à vou­loir pas­ser à autre chose. Le pro­blème leur semble réglé. Or le débrie­fing per­met de faire pro­gres­ser la capa­ci­té du noyau à gérer la trans­for­ma­tion.

Envie de commencer ?

J’adore défri­cher les nou­velles situa­tions. Toutes ne débouchent pas sur une inter­ven­tion, mais à chaque fois j’apprends. Et j’adore apprendre ! Alors n’hésitez pas à me contac­ter…