Transfo ds la peau_mémoire ds la peau

Quelques conséquences pratiques qu’un COMEX non-Aligné peut faire porter à un projet de transformation — La Transfo dans la Peau — 101

La mémoire dans la peau — source image : allo ciné

« Je suis le DRH de cette firme, et je ne peux pas lais­ser cette réunion se tenir dans ces condi­tions: les ate­liers de jeu­di sont annu­lés ». Richard clô­tu­ra ain­si la confé­rence télé­pho­nique réunis­sant 15 per­sonnes ce dimanche soir à 22h40.

David res­ta sans voix. Son équipe et celle du client tra­vaillaient d’arrache-pied depuis 10 jours pour mon­ter ces ate­liers pré­vus le jeu­di sui­vant. 250 per­sonnes convo­quées de toutes les agences de France, 3 salles réser­vées, une logis­tique impres­sion­nante pour dépla­cer les par­ti­ci­pants, les équi­per d’Ipad afin de recueillir leurs avis de manière digi­tale : le besoin se fait pres­sant car tout le réseau bruisse du pro­jet lié au rap­pro­che­ment. L’attente et le secret gonflent l’angoisse. Pour toute l’équipe change le temps presse.

Fran­çoise, la CEO, avait beau­coup insis­té lors du Kick-off sur la néces­si­té d’écouter les gens. Ses rai­sons n’étaient pas très expli­cites. L’intégration ne se dérou­lait pas aus­si rapi­de­ment que pré­vu. Son board lui met­tait la pres­sion pour déployer ce savoir-faire digi­tal acquis si chè­re­ment. Pour­tant pour l’équipe change elle avait rai­son : l’écoute fait dimi­nuer la pres­sion. Évident et tel­le­ment néces­saire dans cette situa­tion.

Lundi

David appré­hende un peu en se ren­dant au comi­té pro­jet réunis­sant son équipe et les dif­fé­rents chefs de pro­jet côté client. Le pro­gramme n’est pas plus réjouis­sant que l’ambiance : adap­ta­tion du dis­po­si­tif pour prendre en compte les objec­tions du DRH. Cha­cun pro­pose assez éner­gi­que­ment de nou­velles options, déplo­rant au pas­sage l’attitude « résis­tante » de Richard. Les plus har­dis vont jusqu’à insi­nuer que le faible lea­der­ship de David ne lui avait pas per­mis de tenir tête à Richard. Après tout « s’ils ne com­prennent pas que c’est impor­tant de mener des actions de conduite du chan­ge­ment ! » déplore Vic­tor , le repré­sen­tant IT « que peut-on faire ? ». « Fran­çoise a beau­coup insis­té, pour­tant » ren­ché­rit Jacques, le cor­res­pon­dant Finance.

David écoute ces pro­po­si­tions et laisse pas­ser les récri­mi­na­tions. Plus il y réflé­chit plus il pense que Richard a rai­son. Il réclame que des déci­sions découlent de l’écoute des uti­li­sa­teurs. David avait sen­ti le hic dès les pre­mières minutes du call de dimanche : On avait beau réunir les gens pour les écou­ter si on ne comp­tait pas répondre ou prendre en compte leurs légi­times ques­tions les ate­liers nour­ri­raient le res­sen­ti­ment. D’un autre côté cette inté­gra­tion avait des réper­cus­sions impor­tantes dont tous les aspects pra­tiques n’étaient pas tran­chés. Donc en écou­tant les gens on ouvrait la boîte de Pan­dore. Pire, aucune adap­ta­tion des superbes outils digi­taux, rai­son prin­ci­pale de l’acquisition, n’était pro­gram­mée. Le temps pres­sait pour bou­cler le déploie­ment dans les délais annon­cés. Il fal­lait donc bien avan­cer….

« Je vous avait dit qu’ils n’étaient pas ali­gnés mal­gré leurs affir­ma­tions. Impos­sible de mener cette trans­for­ma­tion sans leur ali­gne­ment » enchaîne Jacques pro­fi­tant d’un blanc. Et cha­cun de ren­ché­rir « c’est vrai com­ment déployons-nous si le COMEX n’est pas ali­gné ? », « C’est ça le pro­blème, l’alignement du COMEX. C’est tou­jours comme ça dans les inté­gra­tions ». David se tait tou­jours. « On tourne un peu en rond » résume Célia, la jeune PMO. Elle a bien rai­son : pour avan­cer il faut un COMEX ali­gné, or comme le COMEX ne l’est pas on ne peut pas avan­cer…

Il se fait tard. David clô­ture la réunion ne sachant trop quelle suite don­ner. Au moins il est facile de trou­ver le pro­chain cré­neau : les agen­das sont libres le jeu­di sui­vant.

Dans la fou­lée, sans trop réflé­chir, David demande par email un RDV à Richard pour le jeu­di. En conclu­sion il ajoute pour la forme « et idéa­le­ment avec Fran­çoise vu qu’elle avait pré­vu de venir à 14h30 ». L’avantage d’avoir boo­ké les ate­liers dans les agen­das. Au cours de la soi­rée Richard valide sobre­ment « OK pour 14h30 ».

Mardi

Toute la jour­née David retourne le pro­blème dans sa tête : Com­ment accé­der à la demande de Fran­çoise d’animer des ate­liers pour « faire des­cendre la pres­sion » ? Com­ment en même temps répondre aux attentes de Richard d’avoir des réponses à leurs ques­tions alors que le COMEX n’arrive pas à se mettre d’accord. Cela semble incon­ci­liable. On ne peut pas réunir les gens en leur disant « on vous réunit car on pense que si vous par­lez du pro­jet cela va dimi­nuer votre angoisse ». Richard a rai­son. Et l’équipe a rai­son aus­si : David ne voit pas com­ment s’en sor­tir sans ali­gne­ment du COMEX. David se sent coin­cé. Que va-t-il dire à Richard jeu­di ? Com­ment faire son tra­vail dans ces condi­tions ? Il oscille entre l’appréhension et la colère. Pour­tant il pressent bien qu’une autre voie doit exis­ter. Mais où ? Com­ment faire ? Ces ques­tions le taraudent toute la nuit.

Mercredi

May­day may­day !

La tuile tombe par email : la CEO se join­dra à la réunion avec Richard et vien­dra avec Sofia, la res­pon­sable de la com­mu­ni­ca­tion. Elle ne tient jamais sa langue celle-là. Ça n’allait pas être facile. « Qu’est-ce qui m’a pris de deman­der ce mee­ting ? » s’accuse David.

Jeu­di ne s’annonce vrai­ment pas comme une bonne jour­née….

Lire l’épisode 2…

La transfo dans la peau est une série d’illustrations construites à partir d’observations réelles de la vie des projets de transformation. Son cadre de référence puise dans le conseil en transformation, le coaching de collectifs, l'analyse sociologique des organisations et bien entendu l'observation de projets réels. La suite n’est pas écrite : nous avons besoin de vos commentaires pour continuer !