Transfo ds la peau_mémoire ds la peau

Quelques conséquences pratiques qu’un COMEX non-Aligné peut faire porter à un projet de transformation — La Transfo dans la Peau — 101

La mémoire dans la peau — source image : allo ciné

« Je suis le DRH de cette firme, et je ne peux pas lais­ser cette réunion se tenir dans ces condi­tions: les ate­liers de jeu­di sont annu­lés ». Richard clô­tu­ra ain­si la confé­rence télé­pho­nique réunis­sant 15 per­sonnes ce dimanche soir à 22h40.

David res­ta sans voix. Son équipe et celle du client tra­vaillaient d’arrache-pied depuis 10 jours pour mon­ter ces ate­liers pré­vus le jeu­di sui­vant. 250 per­sonnes convo­quées de toutes les agences de France, 3 salles réser­vées, une logis­tique impres­sion­nante pour dépla­cer les par­ti­ci­pants, les équi­per d’Ipad afin de recueillir leurs avis de manière digi­tale : le besoin se fait pres­sant car tout le réseau bruisse du pro­jet lié au rap­pro­che­ment. L’attente et le secret gonflent l’angoisse. Pour toute l’équipe change le temps presse.

Fran­çoise, la CEO, avait beau­coup insis­té lors du Kick-off sur la néces­si­té d’écouter les gens. Ses rai­sons n’étaient pas très expli­cites. L’intégration ne se dérou­lait pas aus­si rapi­de­ment que pré­vu. Son board lui met­tait la pres­sion pour déployer ce savoir-faire digi­tal acquis si chè­re­ment. Pour­tant pour l’équipe change elle avait rai­son : l’écoute fait dimi­nuer la pres­sion. Évident et tel­le­ment néces­saire dans cette situa­tion.

Lundi

David appré­hende un peu en se ren­dant au comi­té pro­jet réunis­sant son équipe et les dif­fé­rents chefs de pro­jet côté client. Le pro­gramme n’est pas plus réjouis­sant que l’ambiance : adap­ta­tion du dis­po­si­tif pour prendre en compte les objec­tions du DRH. Cha­cun pro­pose assez éner­gi­que­ment de nou­velles options, déplo­rant au pas­sage l’attitude « résis­tante » de Richard. Les plus har­dis vont jusqu’à insi­nuer que le faible lea­der­ship de David ne lui avait pas per­mis de tenir tête à Richard. Après tout « s’ils ne com­prennent pas que c’est impor­tant de mener des actions de conduite du chan­ge­ment ! » déplore Vic­tor , le repré­sen­tant IT « que peut-on faire ? ». « Fran­çoise a beau­coup insis­té, pour­tant » ren­ché­rit Jacques, le cor­res­pon­dant Finance.

David écoute ces pro­po­si­tions et laisse pas­ser les récri­mi­na­tions. Plus il y réflé­chit plus il pense que Richard a rai­son. Il réclame que des déci­sions découlent de l’écoute des uti­li­sa­teurs. David avait sen­ti le hic dès les pre­mières minutes du call de dimanche : On avait beau réunir les gens pour les écou­ter si on ne comp­tait pas répondre ou prendre en compte leurs légi­times ques­tions les ate­liers nour­ri­raient le res­sen­ti­ment. D’un autre côté cette inté­gra­tion avait des réper­cus­sions impor­tantes dont tous les aspects pra­tiques n’étaient pas tran­chés. Donc en écou­tant les gens on ouvrait la boîte de Pan­dore. Pire, aucune adap­ta­tion des superbes outils digi­taux, rai­son prin­ci­pale de l’acquisition, n’était pro­gram­mée. Le temps pres­sait pour bou­cler le déploie­ment dans les délais annon­cés. Il fal­lait donc bien avan­cer….

« Je vous avait dit qu’ils n’étaient pas ali­gnés mal­gré leurs affir­ma­tions. Impos­sible de mener cette trans­for­ma­tion sans leur ali­gne­ment » enchaîne Jacques pro­fi­tant d’un blanc. Et cha­cun de ren­ché­rir « c’est vrai com­ment déployons-nous si le COMEX n’est pas ali­gné ? », « C’est ça le pro­blème, l’alignement du COMEX. C’est tou­jours comme ça dans les inté­gra­tions ». David se tait tou­jours. « On tourne un peu en rond » résume Célia, la jeune PMO. Elle a bien rai­son : pour avan­cer il faut un COMEX ali­gné, or comme le COMEX ne l’est pas on ne peut pas avan­cer…

Il se fait tard. David clô­ture la réunion ne sachant trop quelle suite don­ner. Au moins il est facile de trou­ver le pro­chain cré­neau : les agen­das sont libres le jeu­di sui­vant.

Dans la fou­lée, sans trop réflé­chir, David demande par email un RDV à Richard pour le jeu­di. En conclu­sion il ajoute pour la forme « et idéa­le­ment avec Fran­çoise vu qu’elle avait pré­vu de venir à 14h30 ». L’avantage d’avoir boo­ké les ate­liers dans les agen­das. Au cours de la soi­rée Richard valide sobre­ment « OK pour 14h30 ».

Mardi

La trans­fo dans la peau est une série d’illustrations construites à par­tir d’observations réelles de la vie des pro­jets de trans­for­ma­tion. Son cadre de réfé­rence puise dans le conseil en trans­for­ma­tion, le coa­ching de col­lec­tifs, l’analyse socio­lo­gique des orga­ni­sa­tions et bien enten­du l’observation de pro­jets réels. La suite n’est pas écrite : nous avons besoin de vos com­men­taires pour conti­nuer !

Toute la jour­née David retourne le pro­blème dans sa tête : Com­ment accé­der à la demande de Fran­çoise d’animer des ate­liers pour « faire des­cendre la pres­sion » ? Com­ment en même temps répondre aux attentes de Richard d’avoir des réponses à leurs ques­tions alors que le COMEX n’arrive pas à se mettre d’accord. Cela semble incon­ci­liable. On ne peut pas réunir les gens en leur disant « on vous réunit car on pense que si vous par­lez du pro­jet cela va dimi­nuer votre angoisse ». Richard a rai­son. Et l’équipe a rai­son aus­si : David ne voit pas com­ment s’en sor­tir sans ali­gne­ment du COMEX. David se sent coin­cé. Que va-t-il dire à Richard jeu­di ? Com­ment faire son tra­vail dans ces condi­tions ? Il oscille entre l’appréhension et la colère. Pour­tant il pressent bien qu’une autre voie doit exis­ter. Mais où ? Com­ment faire ? Ces ques­tions le taraudent toute la nuit.

Mercredi

May­day may­day !

La tuile tombe par email : la CEO se join­dra à la réunion avec Richard et vien­dra avec Sofia, la res­pon­sable de la com­mu­ni­ca­tion. Elle ne tient jamais sa langue celle-là. Ça n’allait pas être facile. « Qu’est-ce qui m’a pris de deman­der ce mee­ting ? » s’accuse David.

Jeu­di ne s’annonce vrai­ment pas comme une bonne jour­née….

Lire l’épisode 2…