Diagnostics Collectifs d'Organisations

Les entreprises libérées pour les nuls – quelques liens et sources

Comme le thème est à la mode, et c’est tant mieux, beaucoup de clients me demandent régulièrement des références sur le sujet des entreprises libérées. Comme cela pourrait intéresser d’autres personnes je les ai résumé dans un  post en les classant par ordre d’importance dans la compréhension du phénomène. La troisième place est discutable mais les autres sont sures…

Je vais tenter de tenir la liste à jour régulièrement et je suis donc très intéressé par toute autres sources.

Mise à jour le 12 février 2016

Un tour d’horizon  :

  • Si vous avez 1 minute une vidéo qui explique le concept d’entreprise libérée en 1 minute de manière très didactique.
  • Si vous avez 17 minutes : La meilleure vidéo pour comprendre le fonctionnement à travers l’exemple de SPOTIFY : deux fois 17 minutes partie 1 (fonctionnement) et 2 (les erreurs). En anglais mais très très inspirants car très pratique. Merci à François Henry
  • Si vous avez 180 minutes, le documentaire le Bonheur au travail passé sur Arte en janvier 2015 explique simplement le concept en nommant les difficultés sans s’y attarder. En 1h30 vous saurez tout.
  • Si vous ne devez lire qu’un seul livre sur le sujet, maintenant disponible en français, une étude qui se veut une sorte de manuel disponible en anglais : LALOUX, F. Reinveenting organizations , a été résumée lors d’une conférence en français 1h43 de vidéo très inspirante. Un résumé de ses thèses en anglais publié sur Strategy+business. Nous nous distinguons de lui sur le concept de plénitude, mais cela demandera des développements pour l’expliquer.

Ce que nous en pensons : avec mes associés nous travaillions depuis 3 ans sur le sujet, accompagnant des mises en place, observant, nous documentant. Voici les fruits de ces travaux et réflexions :

  • Si vous désirez comprendre la génèse du concept complétée d’une liste assez exhaustive  par Frédéric Haumonté.
  • Paradoxalement pour se passer d’un chef, il en faut un très fort publié sur linkedin,
  • Ces expériences sont basées sur la confiance, très similaire à la Force dans la mythologie Star Wars comme nous l’avons développé avec Jean-Gabriel Kern dans la Harvard Business Review On line.

Founding fathers : les pionniers de l’avant-garde

  • Les formalisateurs du concept d’entreprise libérée Isaac Getz publie une revue de presse sur son site internet   , une recension ici et voici la référence complète de son ouvrage GETZ, I., CARNEY, B.; Liberté & Cie – Quand la liberté des salariés fait le bonheur des entreprises; Fayard, 2012.
  • Les écrits de Jean-François Zobrist ex-patron emblématique de FAVI méritent la lecture à la fois  par leur profondeur et par l’impact qu’ils ont eu sur les autres. L’essentiel se trouve directement sur le site Internet de FAVI ou dans les ouvrages suivants:
    • ZOBRIST, J.F; Un petit patron naïf et paresseux ; Stratégie & Avenir – 2009.
    • Je recommande spécialement la lecture des deux tomes de « Favi l’entreprise qui croit que l’homme est bon » 370 pages et 191 publiés et vendus chez www.lulu.com, sous la référence FAVI.
  • Le premier article sur le sujet dans une revue importante a été publié par Gary Hamel dans la HBR Virez les managers !

Des exemples :

  • La vidéo TED d’Alexandre Gérard, le président d’Innov-On, explique la démarche, les embûches et surtout les répercussions sur le monde de ces expériences. « Si les entreprises libérées pouvaient changer le monde? » Tout est dit.
  • Michelin mène une expérience, décrite ici par exemple qui ont été mise en vidéo par Michelin etet décrit par un confrère ici avec d’autres liens.
  • Imatech, une courage filliale d’un groupe « normal » qui oeuvre dans le difficile métier du centre d’appel raconte son aventure très pragmatique dans une vidéo. Merci à Christophe Collignon pour l’information.
  • Le Self-management selon Morning Star, la première initiative mis en avant par Gary Hamel ici.
  • Excellent témoignage TED de Sylvain Pierre, un dirigeant qui parle vrai de l’entreprise libérée.
  • Excellent papier en anglais de l’intérieur de Zappos sur Medium (par ailleurs Medium est une excellente source sur ce sujet) : Thank’s for all your concern but…
  • Vallourec s’est aussi lancé dans l’expérience comme il est rapporté Vallourec. Merci Olivier Arnould.
  • La BPI investit dans talkspirit pour qui ce fonctionnement constitue un  avantage concurrentiel.

Des blogs de leaders :

Des critiques car il en faut : ce mouvement s’apparente pour certains à une quête mystique ou tout du moins loin des réalités. Les liens ci-après pointe les dérives réelles dont il faut se garder.

  • François Geuze développe une critique assez acerbe mais juste à bien des égards des entreprises libérées ici et plus spécifique . La seconde est remarquable de franchise ce qui donne, de mon point de vue, beaucoup de poids au contrepoint (par exemple « Cette petite démonstration est, de ma part, complètement manipulatoire. J’en ai conscience, car le contexte explique certainement ces variations ou difficultés ».
  • Hubert Landier critique, assez justement d’ailleurs, le livre de I. Getz dans un post au titre aussi racoleur que celui d’entreprises libérées « la part d’ombre des entreprises libérées » car l’article n’éclaire pas du tout cette part d’ombre tout comme les entreprises libérées ne libèrent pas des gens qui seraient en prison ou oppressés.
  • Denis Bismuth développe une analyse critique et très équilibrée de l’entreprise libérée  pour commencer vous pouvez lire : L’entreprise libérée ni pour ni contre bien au contraire

Réflexions et enseignements sur les sujets connexes :

  • La meilleure manière que nous ayons trouvé d’expliquer le modèle de management  : le TED du chef d’orchestre Itay Talgam. Les parallèles entre sa réflexion sur la direction d’orchestre et le mode de leadership de  ces entreprises est frappant.
  • Excellentes source de différentes vidéos sur le sujet chez Mom21
  • Denis Bismuth, un des membres du Mom21 qui résumé les grandes caractéristiques d’une entreprise libérée dans sa dernière chronique d’expert sur le site HBR France
  • Dans la même veine : le livre de VINEET NAYAR, les employés d’abord (merci à Frédéric Haumonté)
  • L’Holacracy se présente comme une « technologie de management » permettant de se passer de manager (mais pas de structure). Voir par exemple par Bernard-Marie Chiquet, représentant de l’holacratie en France comment se passer de manager ou la très claire description en anglais dans la revue de Booz&Co. Merci à Christopher Bockmann.
  • En anglais :